Mers Australes - Une mission scientifique en antartique

LES TROIS NAVIRES

L'Aurora Australis

Fiche technique Aurora Australis

L’Aurora Australis est un brise-glace de la compagnie P&O Australia, affrété par l’AAD. Il est très sophistiqué et a été conçu pour accomplir des expéditions scientifiques et des expéditions d’approvisionnement. Ce rôle exige que le navire soit capable, entre autre, d’opérations de recherches ; d’études océanographiques ; d’aperçus acoustiques et hydrographiques ; d’opérations de pêche commerciale au chalut.

Ce navire possède des technologies de pointe en matière de navigation et de manœuvres. Il comprend des systèmes antiroulis qui facilitent la vie à bord par mer agitée (système de citernes antiroulis). Différents types de filets et d’engins océanographiques peuvent être déployés à partir de ce navire.
L'<i>Aurora Australis</i> à quai dans le port d'Hobart

Zoom/ressources/ressource_181.jpg

L'Aurora Australis à quai dans le port d'Hobart

Les principales dimensions du navire sont :

  • longueur totale = 94.91m ;
  • largeur (hors coque) = 88.40m ;
  • profondeur (hors coque)= 10.43m ;
  • tonnage brut = 6574 T ; Tonnage net = 1971 T.

La vitesse maximale est de 16.8 kts et celle de croisière de 13.0 kts.

Il existe plusieurs ponts : le pont A, le pont B, le pont C, le pont D, le pont E, le pont F. Une plateforme peut recevoir un hélicoptère.

La capacité d’accueil de l’Aurora Australis est de 116 personnes. Le nombre de personnes embarquées actuellement est de 77 membres répartis en 52 scientifiques et 25 membres d'équipage. Un médecin se trouve à bord et dispose dune salle d’opération. Une salle de sport, un sauna, une laverie, une salle de repos ont été intégrés à ce navire.

L'<i>Aurora Australis</i>

Zoom /ressources/ressource_231.jpg

L'Aurora Australis

Coupe longitudinale de l'<i>Aurora Australis</i>

Zoom /ressources/ressource_232.jpg

Coupe longitudinale de l'Aurora Australis

Plan du pont supérieur de l'<i>Aurora Australis</i>

Zoom /ressources/ressource_233.jpg

Plan du pont supérieur de l'Aurora Australis

Chef de mission et Chef de programme

Martin Riddle est chef de projet scientifique (Voyage Leader) à bord de l’Aurora Australis.

Dès l’âge de 15 ans, Martin Riddle veut devenir biologiste marin. C’est pourquoi, il passe d’abord une thèse à l’université d’Edinburgh puis achève un post-doc, il y a 22 ans, en Australie ; pays où il vit encore.

Après s’être intéressé aux environnements aquatiques tropicaux avec pour zone d’étude la Grande Barrière de Corail, Martin découvre le milieu antarctique pour lequel il se passionne. Bien qu’ayant un rôle majeur dans le fonctionnement global de notre planète, cette région du monde est encore largement méconnue. Les changements globaux qui affectent notre planète se répercutent également dans cette région isolée. Pour la préserver et afin de comprendre les implications de cette région dans le système mondial global, il faut en comprendre le fonctionnement aussi bien physique qu’écologique. Ce sont les objectifs majeurs que se sont fixés Martin et toutes les équipes présentes à bord de l’Aurora Australis, en effectuant d’une part cette campagne de recensement de la biodiversité antarctique et d’autre part en étudiant la composante physique de cette région.

Martin travaille actuellement à l’Australian Antarctic Division (équivalent d’un Institut polaire australien). Il est chargé de trois principales missions à bord du navire :

  • il coordonne les recherches de toutes les équipes scientifiques ;
  • il est le représentant de l’Australian Antarctic Division et l’interlocuteur principal auprès du capitaine du navire;
  • enfin, il mène ses propres recherches.

 

Sarah Robinson est « responsable logistique des opérations à bord » (Deputy Voyage Leader) à bord de l’Aurora Australis.

Après plusieurs années d’études universitaires spécialisées dans la biologie des mammifères marins, Sarah est entrée à l’Australian Antarctic Division pour s’occuper de la gestion de campagnes de terrain en Antarctique.

Elle effectue actuellement son troisième voyage sur un navire et s’occupe depuis cinq mois de l’organisation logistique des opérations scientifiques à bord.

Martin Riddle

Zoom /ressources/ressource_234.jpg

Martin Riddle

Sarah Robinson

Zoom /ressources/ressource_235.jpg

Sarah Robinson

L'équipe scientifique

Au total, 52 scientifiques se trouvent à bord de l’Aurora Australis dont une journaliste de ABC radio et d’une chargée de mission pour l’éducation et la communication.

  • Deux programmes ont le label « Année Polaire Internationale » à bord : le programme CEAMARC dont le responsable de l’équipe française à bord est Catherine Ozouf. Cette équipe est constituée de neuf scientifiques, d’un capitaine de pêche et d’une chargée de mission pour l’éducation et la communication. Pour plus de détails sur le contexte et les objectifs de ce programme, il est nécessaire de consulter la rubrique « mission » présente sur ce site ;
  • le programme CASO (Climate in Antarctica & South Ocean) dont le responsable est Steve Rintoul. Son équipe est composée de onze scientifiques australiens et deux américains, soit sept physiciens et six chimistes.


Les autres scientifiques se répartissent sur des projets connexes qui profitent des moyens mis en œuvre pour les programmes CEAMARC et CASO. Voici quelques thématiques développées par ces projets :

  • le cycle du carbone dans les mers australes ;
  • les micronutrients océaniques ;
  • surveillance acoustique passive des mammifères marins antarctiques ;
  • exploration de nouveaux venins des animaux marins antarctique ;
  • le rôle des protistes marins antarctiques dans la tropho-dynamique et le changement global, et l'impact d'UV-B sur ces organismes.