Mers Australes - Une mission scientifique en antartique

LES TROIS NAVIRES

L'Umitaka Maru

Fiche technique

L’activité de recherche en Antarctique a commencé au Japon en 1957-1958 au cours de « l’année géophysique internationale ». La première expédition japonaise du Japanese Antarctic Research Expedition (JARE) a été organisée afin de construire la première station japonaise sur le continent. Le brise-glace Soya est alors assisté par l’Umitaka Maru II qui vient d’être construit pour l’Université des Sciences et Technologies Marines de Tokyo (TUMSAT). Ce navire a effectué, dans l’Océan Austral, quatre missions océanographique et halieutique.

L’Umitaka Maru III a été construit en 1973 et a également effectué quatre missions. Il a participé aux campagnes internationales FIBEX et SIBEX (First and Second International Experiment) en 1980/81 et 1983/84 au titre du programme BIOMASS (Biological Investigations of Marine Antarctic Systems and Stocks).

L’Umitaka Maru IV est le dernier de cette lignée. C’est le plus récent des trois navires des campagnes CEAMARC. Il a fait ses premières missions en 2000. Ce navire est un navire-école et de recherche de l’Université des Sciences et Technologies Marines de Tokyo. Ce navire accueille les élèves-officiers (les cadets), les futurs océanographes et les futurs halieutes. Dans le cadre de travaux conjoints avec l’Australian Antarctic Division (AAD) et le National Institute of Polar Research (NIPR), l’activité de l’Umitaka Maru IV est très vaste puisqu’elle couvre l’Indo-Pacifique et l’Antarctique. Les recherches dans l’Océan Austral sont supportées par le Japanese Antarctic Research Expeditions (JARE). Ce navire a fait trois missions dans l’océan Austral:

  • le long du plateau de Kerguelen et au large de la Terre Adélie (2002-2003) ;
  • au large de la baie de Lutzow-Holm et de Terre Adélie (2004-2005) ;
  • au large de la baie de Lutzow en 2005-2006.
Il participe au programme STAGE (Studies on Antarctic Ocean and Global Environment) du JARE. Depuis 2003, ce navire est intégré au programme Southern Ocean Continuous Plankton Recorder (Southern Ocean CPR), l’un des programmes majeurs de monitoring du plancton, lesquels permettent de comprendre l’impact des changements climatiques. Le CPR permet de collecter en continu du plancton des eaux de surface.


Ce navire possède des technologies de pointe en matière de navigation et de manœuvres. Il comprend des systèmes antiroulis qui facilitent la vie à bord par mer agitée (ailerons et système de citernes antiroulis). Différents types de filets et d’engins océanographiques peuvent être déployés à partir de ce navire.

L'<i>Umitaka Maru</i>

Zoom/ressources/ressource_236.jpg

L'Umitaka Maru

© Claude Duchamp

Les principales dimensions du navire sont :

  • longueur totale = 93 m;
  • largeur =14,9 m; Profondeur =5,95 m ;
  • tonnage brut =  3391 T ;
  • tonnage net =  1017 T.

La vitesse de croisière de 17,4 nœuds.

Le navire possède différents treuils et câbles pour les travaux jusqu’à grande profondeur : 6000 m de longueur de câble pour les filets, 10000 m pour les bathysondes et un câble de 3000 m en titane pour des prélèvements propres de l’eau de mer (pour l’analyse des éléments traces en chimie). Nous n’utiliserons pas la totalité de la longueur de ces câbles puisque nos travaux se limiteront principalement aux premiers 1000 m de la masse d’eau en concentrant nos efforts sur les 200 premiers mètres.

La capacité d’accueil de l’Umitaka Maru IV est de 107 personnes et 29 membres d’équipage (commandant, officiers, mécaniciens, radio, infirmière, bosco, matelots, cuisiniers et stewards). Pendant de la mission CEAMARC, il y aura 15 scientifiques, 12 étudiants en océanographie et écologie marine de six nationalités différentes et une équipe télévision japonaise de trois personnes. Il y aura également 33 élèves officiers japonais (cadets).

Les personnes responsables de la communication vers le public seront Masakazu Nagata (Japon), Graham Hosie (Australie) et Philippe Koubbi (France).

Les opérations suivantes seront menées lors de cette mission :

  • des mesures sur la masse d’eau grâce à des bouteilles de prélèvement et des bathysondes ;
  • des prélèvements de plancton et de poissons par divers filets et chaluts à différentes profondeurs jusqu’à 1000 m principalement et 2000 m dans certains cas ;
  • de l’observation visuelle par profileur vidéo.

L'Umitaka Maru

Zoom /ressources/ressource_222.jpg

L'Umitaka Maru

© Guillaume Lecointre

Umitaka Maru

Zoom /ressources/ressource_247.jpg

Umitaka Maru

© Patrice Pruvost

Umitaka Maru

Zoom /ressources/ressource_248.jpg

Umitaka Maru

© Patrice Pruvost

Umitaka Maru

Zoom /ressources/ressource_249.jpg

Umitaka Maru

© Patrice Pruvost

Chef de mission et Chef de programme

Takashi Ishimaru est le chef de mission, il est professeur à l’Université des Sciences et Technologies Marines de Tokyo. Takashi Ishimaru est professeur au laboratoire de planctonologie du TUMSAT. Il a étudié le phytoplancton dans la mer de Béring, l’Océan Pacifique, le Golfe d’Arabie, l’Océan Indien et le Gulf Stream. Depuis 2002, il est le responsable des missions des recherches antarctiques à bord de l’Umitaka Maru. Il est responsable de projets de recherche de la société japonaise pour la promotion de la science Ecosystem and Oceanographic Structure in the Indian Sector of the Antarctic Ocean (2002-2005) et Environmental and Ecosystem Changes in the Southern Ocean (2007-2009).

 
Graham Hosie est le chef du programme CEAMARC, il est directeur de Recherche à l’Australian Antarctic Division où il coordonne le groupe Ocean Biodiversity & Global Change. Graham Hosie coordonne les activités sur les trois navires du programme CEAMARC et en informe Michael Stoddart, le responsable du Census of Antarctic Marine Life. Graham Hosie est le responsable du programme Southern Ocean – Continuous Plankton Recorder.

 

Yoshio Koike sera le commandant de bord. Il effectuera sa dernière mission avant sa retraite. Yoshio Koike a effectué trois missions en Antarctique avec l’Umitaka Maru IV. Ses compétences et ses connaissances des conditions de mer difficiles seront un atout pour mener à bien notre mission.

Takashi Ishimaru

Zoom /ressources/ressource_237.jpg

Takashi Ishimaru

Graham Hosie

Zoom /ressources/ressource_238.jpg

Graham Hosie

L'équipe scientifique

Les quatre personnes suivantes interviennent depuis plusieurs années dans le programme ICOTA de l’IPEV :


Philippe Koubbi est professeur à l’Université Paris VI au Laboratoire d'Océanographie de Villefranche-sur-mer. Il étudie l’écologie des poissons et est co-responsable du programme ICOTA de l’IPEV avec Catherine Ozouf-Costaz qui se trouve sur l’Aurora Australis. Il étudiera les larves de poissons et les poissons mésopélagiques lors de la mission afin de préciser les habitats potentiels de ces espèces ;


Jean-Henri Hecq est maître de Recherche à l’Université de Liège en Belgique. Il a participé à de nombreuses missions en Antarctique et à une mission à bord de l’Astrolabe en Janvier 2006. Il étudie le zooplancton en Méditerranée (en Corse) et en Antarctique ;


Eric Tavernier
est maître de Conférences à l’Université du Littoral Côte d’Opale. Il effectuera sa troisième mission en Terre Adélie. Il s’est spécialisé dans l’étude des lipides des tissus de poissons. Cette approche est une voie originale pour comprendre leur condition physiologique. Ses recherches se focalisent sur une espèce clé du réseau trophique, le poisson téléostéen pélagique Pleuragramma antarcticum.


Patrice Pruvost est chargé de conservation des collections d’Ichtyologie au Muséum National d’Histoire Naturelle à Paris. Il a participé à de nombreuses missions en zone subantarctique. Cette mission sera sa seconde en Terre Adélie.


Huit autres chercheurs composent cette équipe :


Kazuo Amakasu
est professeur-assistant au Research Center for Advanced Science and Technology du TUMSAT. C’est un spécialiste de l’acoustique et il a développé une méthode pour estimer la biomasse du krill de manière plus fiable. Durant cette mission, il utilisera des échosondeurs (38, 70, 120 kHz) pour estimer la biomasse du krill. Il étudiera les gammes de tailles du mésozooplancton par un autre système acoustique monté sur la structure d’une bathysonde, le Tracor Acoustic Profiling System (TAPS avec les fréquences de 265, 420, 700, 1100, 1850, 3000 kHz) ;


Masato Moteki est professeur-assistant au laboratoire d’ichtyologie du TUMSAT. C’est un spécialiste des poissons et du zooplancton. Il est spécialiste de stades larvaires de poissons et s’intéresse aux modifications morphologiques en fonction des stades de développement des larves et de leur nutrition. Il a déjà effectué trois missions en Antarctique à bord de l’Umitaka Maru IV où il a étudié les modifications des biomasses de zooplancton et de poissons en fonction de l’environnement. Il sera responsable des différents échantillonnages par filet durant cette mission.


Naho Horimoto est professeur-assistant au laboratoire d’océanographie du TUMSAT. Elle est spécialiste du phytoplancton et de la production primaire. Elle étudie les espèces phytoplanctoniques (diversité et gammes de tailles) et la production primaire dans diverses conditions océaniques.


Toru Hirawake est professeur associé à l’Université d’Hokkaido après avoir étudié au National Institute of Polar Research au Japon. Il est spécialiste de télédétection (couleur de l’eau) et de la production primaire. Il a développé des algorithmes pour estimer par satellite la chlorophylle et la production primaire des régions polaires. Il a participé à de nombreuses missions à bord du brise-glace Shirase et a hiverné à la station de Syowa. En Juillet-Août 2007, il a participé aux missions de l’année polaire dans les mers de Bering et de Chukchi, en Arctique, à bord du navire “Oshoro Maru” de l’université d’Hokkaido.


Russell Hopcroft est professeur associé à l’Université de Fairbanks en Alaska. Ce chercheur canadien est un des responsables du programme Arctic Ocean Diversity (ArcOD). Il est de surcroît membre du conseil d’administration du CAML. C’est un expert reconnu pour ses travaux sur le zooplancton et plus particulièrement les espèces gélatineuses du milieu polaire. Il est l’auteur de nombreuses images et vidéos sous-marines du plancton.


Kunio Takahashi est en postdoctorat à l’Australian Antarctic Division grâce à une bourse du Japan Society for the Promotion of Science (JSPS). Il est japonais. Kunio travaille sur le zooplancton collecté par le Continuous Plankton Recorder par le brise-glace japonais Shirase et par l’Umitaka Maru. Durant sa thèse, il a étudié la biochimie des lipides de copépodes antarctiques au cours de leur cycle de vie ainsi que ceux du krill Euphausia superba et divers parasites.


Fuminori Hashihama vient d’obtenir sa thèse de l’école doctorale de l’Université de Tokyo. Il est maintenant Post-Doctorant du laboratoire d’océanographie chimique du TUMSAT. Il étudie la taxonomie chimique du phytoplancton par l’analyse des pigments photosynthétiques par HPLC. Il sera chargé de l’analyse des sels nutritifs.


Veronica Fuentes fait un postdoctorat à l’Instituto Ciencias del Mar, elle est argentino-italienne. Elle travaille sur le zooplancton gélatineux

Dhugal Lindsay est chercheur au Japan Marine Science and Technology Center (JAMSTEC) à Yokohama. Ce chercheur australien travaille sur le zooplancton observé par imagerie sous-marine. Il est spécialisé dans l’utilisation des submersibles pour les recherches en écologie afin d’étudier le comportement des organismes profonds dont le plancton gélatineux. Il utilisera un système de profileur vidéo pour observer la distribution des organismes planctoniques dans la colonne d’eau.

12 étudiants participeront à la mission :

  • 4 étudiants en thèse : Daisuke Hirano (TUMSAT), Ono Atsushi (thèse sur les salpes au TUMSAT), Margaret Lindsay (thèse sur les appendiculaires à l’Université de Tasmanie) et Andréa Walters (Université de Tasmanie sur les isotopes stables)
  • 8 étudiants en Master dont Naoki Kondo (Master à l’Université d’Hokkaido sur la télédétection) et huit étudiants en Master du TUMSAT : Tomoki Ogawa, Toda Ryoji, Saori Yasui, Kou Shinzato, Rina Nagano, Shunske Oki et Yuko Watanabe.
Trombinoscope des √©tudiants et professeurs à bord de l'Umitaka Maru

Zoom/ressources/ressource_250.jpg

Trombinoscope des étudiants et professeurs à bord de l'Umitaka Maru