vendredi 4 janvier 2008 à 15:57

En route vers Dumont d’Urville

Par Anne Goffart. Correspondante sur l'Astrolabe

Une mer formée et le vent fort qui a atteint 50 nœuds cette nuit (environ 92 km/h) rendent difficile notre traversée pour rejoindre Dumont d'Urville en Terre Adélie.


La mer déferle sur l’Astrolabe. Nous sommes surpris car les prévisions météorologiques avaient annoncé des vents de 15 nœuds.

L'Astrolabe.


Cette dure expérience est pourtant utile. Les renseignements météorologiques fournis par les navires lors de leur transit sont en effet essentiels pour améliorer les prévisions dans ces mers peu fréquentées. L'équipage de l'Astrolabe transmet donc tous les jours ces renseignements à une base de données internationale.

A bord de l'Astrolabe.


Autre vue à bord.


La tempête fait rouler fortement le navire et rend malade les passagers à bord. Il faut préciser que nous n'avons pas tous le pied marin. Seuls les océanographes sont habitués au roulis. Les autres passagers constituent pour la majorité la relève d’équipe à terre de scientifiques de divers programmes sur les milieux terrestres ou atmosphériques soutenus par l'IPEV.

Certains passagers ont le mal de mer depuis le début de la traversée. Ils attendent dans leurs bannettes jour après jour l'arrivée à Dumont d'Urville. Pierre Lejeune et Anne Goffart, qui font partie de l'équipe CEAMARC sur l'Astrolabe, sont toutefois épargnés grâce à leur expérience. Heureusement, une fois à terre, tout cela sera vite oublié. L'arrivée est prévue dimanche matin.

Pierre Lejeune, Anne Goffart (chef de mission) , Alain Pottier (IPEV) et Stanislas Zamora (le commandant).


Ce matin la mer est magnifique, nous croisons une baleine en passant le 60° Sud.

En liaison par courriel avec Philippe Koubbi encore en France avant son départ en Antarctique, nous finalisons les derniers préparatifs et réglons les dernières questions. A notre arrivé à la base de Dumont d'Urville, nous devrons mettre en place la mission scientifique pendant sont déchargés de l'Astrolabe, les vivres et le matériel nécessaire pour le prochain hivernage.

Stéphanie Pavoine, Thomas Romero (glaciologue), David Lazin (ornithologue) et Anne Goffart (chef de mission).


Un sujet nous préoccupe tous : la banquise! Cette année elle semble rester plus longtemps que prévue le long des côtes de la Terre Adélie. Or, l'Astrolabe a besoin d'accoster pour le déchargement du matériel, nous espèrons que cela ne retardera pas la mission.

Commentaire

 

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Les commentaires pour ce billet sont fermés.

MÉTÉO


A bord de l'Aurora Australis
Température de l'eau : - 0,6°C
Température de l'air : - 4 °C et - 25°C en plein vent °C

PRÉSENTATION

CALENDRIER

< janvier 2008 >
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

CATÉGORIES

LIENS