dimanche 10 février 2008 à 15:13

Echange culturel !

Par Patrice Pruvost. Correspondant à bord de l'Umitaka Maru

Aujourd'hui, c'est dimanche. Pas de poisson, ni de larve, ni d'œuf de poissons pour le petit déjeuner mais deux toasts, du fromage et du bacon !


En arrivant à table ce matin, j'apprends que nous sommes à la cap. Le bateau est face au vent. En effet, durant la nuit, il s'est levé et souffle maintenant à 40 nœuds. Dans ma cabine, je n’ai pas réalisé que le temps s’était dégradé. Nous sommes encore sur le plateau continental. La mer n'a pas trop le temps de se lever quand le vent se lève rapidement. Quoiqu’il en soit sur ce navire de 93 mètres, nous sentons peu ces changements. Il est certain que les conditions seraient différentes sur un petit voilier.

Mauvais temps vu de la passerelle.


Cependant, nous ne pouvons pas effectuer d’opérations de pêche dans de telles conditions, Aussi, nous attendons une accalmie. Pour l’occasion, le salon se transforme en un grand bureau où chacun vient travailler sur son ordinateur ou discuter autour d'un café. Nous sommes tous assez détendus et ce, malgré la fatigue. Une bonne ambiance règne à bord. Nos différences culturelles nous font rire mutuellement. Chacun essaye d'apprendre quelques mots de la langue de l'autre. Nous passons beaucoup de temps à apprendre aux cadets à se présenter, à dire bonjour ou à compter en français. Manifestement, la France fait rêver nos collègues japonais de la même façon nous sommes très attirés par l'exotisme japonais. Même si, à bord d'un navire, nous sommes loin du mode de vie traditionnel des différentes nationalités, nous apprenons à mieux nous comprendre. Cet échange est vraiment extrêmement enrichissant.

Journée de travail au salon.


Finalement, en début d'après midi, le vent tombe légèrement. Nous pouvons mettre le chalut à l'eau. La température remonte un peu, il fait maintenant -6°C. Etonnant, cette petite remontée de température par rapport au -10° des jours précédents, nous donne l’impression que la journée est douce ! Cette sensation disparaît cependant vite, une fois la nuit tombée, alors que nous remontons le filet WP2 !

Commentaire

 

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Les commentaires pour ce billet sont fermés.