jeudi 7 février 2008 à 14:15

Eclipse de soleil !

Par Patrice Pruvost. Correspondant à bord de l'Umitaka Maru

Depuis hier, le beau temps nous accompagne. Nous profitons pleinement du spectacle magnifique que nous offrent le continent antarctique avec sa calotte glaciaire d'un blanc immaculé et les icebergs dérivants.


Bien que le thermomètre affiche -6, les rayons de soleil nous procurent un peu de chaleur ; sensation bien agréable après tous les jours de mauvais temps que nous venons d’essuyer. La météo fournie par la base de Dumont D'Urville, nous annonce deux jours de beau temps. Ensuite cela risque de se gâter. Espérons que nous pourrons continuer à travailler ! Avec ce beau temps, les stations se succèdent à un bon rythme. Nous progressons bien et nous sommes dans les temps pour notre programme d'échantillonnage.

Plan d'échantillonnage de l'Umitaka Maru. Les étoiles représentent les stations déjà effectuées, les carrés celle prévues.


La nuit dernière, nous avons effectué plusieurs traits de chaluts fructueux. Nous avons ainsi récolté les espèces que nous espérions chalutées. Dans la zone où nous sommes actuellement, la diversité spécifique des poissons pélagiques est moindre que dans les grandes profondeurs. Chaque trait de chalut nous ramène essentiellement une espèce. Celle que nous capturons le plus est Pleuragramma antarcticum, l'une des rares espèces pélagiques de poissons côtiers antarctiques. Nous la trouvons en grande quantité et ce, à plusieurs stades de sa vie, larves, juvéniles et adultes. Nous sommes vraiment enchantés par ces récoltes. En effet, notre effort de recherche porte principalement sur l’étude de Pleuragramma antarcticum.

Trois heures du matin, synonyme ici de lever de soleil et de fin de quart, © P. Koubbi.


Après chaque chalut, nous trions, comptons et conditionnons les différents spécimens. Ces opérations sont longues. De plus, repérer les nombreuses petites larves de poissons téléostéens au milieu du plancton est une entreprise difficile. Nous avons fini de traiter nos échantillons à 3 heures ce matin. Nous avons juste le temps de dormir un peu, la station suivante commence à 6h30. Nous savons que dans cette zone de faible profondeur, les opérations vont s’enchaîner rapidement et nous allons passer pas mal de temps à travailler dans le laboratoire et ce, quelque soit l'heure. Nous profitons dans la journée des moments de pause entre deux engins ou deux stations soit pour nous reposer, soit pour faire quelques "débriefing" un peu avant de manger.

Petit débriefing convivial dans la cabine de Philippe ! © P. Koubbi.


En début d'après midi, nous avons la chance de pouvoir admirer une éclipse partielle de soleil.

Eclipse partielle de soleil.


Pendant quelques minutes la lune est venue se placer entre la terre et le soleil. Nous observons le phénomène grâce à un sextant. Cet instrument de navigation qui permet de calculer la hauteur d'un astre (soleil ou étoile) par rapport à l'horizon, est équipé de lentilles de protection contre le soleil.

Patrice regarde grâce au sextant l’éclipse partielle de soleil.


En fonction de l'angle calculé et de l'heure, nous pouvons connaître notre position en latitude et en longitude grâce à des tables de correspondance et une série de calcul. Même si cet instrument est de moins en moins utilisé depuis l'arrivé de système de navigation par satellite, les marins continuent à apprendre à utiliser cet instrument. En effet, cet instrument présente l'énorme avantage de ne jamais tomber en panne ! On ne se méfie jamais assez de l'électronique en mer !

Commentaire

 

1. Le lundi 18 février 2008 à 17:21, par KEZIBAN

QUELLE BELLE ECLIPSE

Ajouter un commentaire

Les commentaires pour ce billet sont fermés.