dimanche 27 janvier 2008 à 11:42

Remise à l'heure des pendules

Par Patrice Pruvost. Correspondant à bord de l'Umitaka Maru

Ce matin, nous prenons un petit déjeuner occidental avec café et croissants. La journée est plutôt calme. Nous sommes impatients d'arrivée sur zone.


Notre arrivée est prévue pour le 29 janvier à 3 h du matin.

Nous occupons nos journées, chacun de notre façon. Pour les uns, c’est l’occasion de lire, pour d’autres de travailler. Nous admirons également le spectacle que nous offre la mer. Nous suivons avec intérêt le vol majestueux des albatros qui nous accompagnent depuis plus de deux jours maintenant.

Petit avant goût du spectacle que nous offre la mer !


Nous avons franchi un fuseau horaire pendant la nuit ! Pour ne pas trop perturber le rythme du navire, nous avons décalé nos montres seulement d'une demi heure. Demain, nous ferons la même opération et nous serons ainsi à l'heure de la Terre-Adélie. Nous aurons alors 9 heures de décalage horaire avec la France.

La météo nous permet enfin d’effectuer quelques opérations de prélèvements !


Le mauvais temps s’étant calmé, nous effectuons une nouvelle station de prélèvement à 9 heures avec mise à l'eau du WP2, de la Rosette, du Norpac et d’un relevé du CPR.

Récupération par les cadets du filet WP2, Jean-Henri surveille la manœuvre !


La mise à l'eau du filet WP2 est l'occasion pour Jean-Henri de faire un nouveau prélèvement de plancton.

Russel détermine et photographie le plancton. Notez l’impressionnant dispositif nécessaire à cette opération!


Dès l’arrivée du filet WP2, Russel Hopcroft se précipite pour prendre du plancton afin de le trier. Russel est un expert reconnu pour ses travaux sur le zooplancton (faire lien sur l’Umitaka Maru dans les trois navires). Il a amené à bord tout un appareillage qui lui permet de photographier rapidement le zooplancton à la binoculaire. Quatre nouvelles larves de poissons viennent d’être récoltées et sont mises en collection.

Dans l'après midi, le vent forcit de nouveau. Nous traversons actuellement des régions très ventées, redoutées des marins (surtout par les moins aguerris !). Nous sommes dans les fameux « 40es rugissants » et « 50es hurlants ». Cette zone se caractérise par des changements de temps très soudain. Les dépressions s’y succèdent régulièrement ! Durant l’été, il est fréquent de subir une dépression tous les deux ou trois jours. De plus, dans ce secteur, la mer est souvent agitée car les vagues ne sont arrêtées par aucune terre.

Aspect de la mer lorsque le vent forcit légèrement !


En nous rapprochant du continent Antarctique, nous sortirons de ce système dépressionnaire. Nous serons sous l'influence de l'anticyclone antarctique, lequel est souvent synonyme de beau temps. La surface de la mer dans cette zone devrait être également moins agitée.

Commentaire

 

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Les commentaires pour ce billet sont fermés.