vendredi 15 février 2008 à 11:29

Une dernière visite de l’Umitaka Maru !

Par Patrice Pruvost. Correspondant à bord de l'Umitaka Maru

Aujourd'hui, nous avons beau temps. Nous avons presque chaud, avec une température qui frôle les 7°C. Nous pouvons ouvrir les hublots pour faire entrer l'air frais, c'est très agréable.

Cette fin de traversée s'annonce plutôt bien. Nous devrions arriver demain dans la nuit. Nous espérons que les douaniers australiens pourront venir à bord rapidement afin de nous permettre de débarquer et d'aller nous promener à terre dimanche. Nous terminons les derniers rangements. Nous préparerons la liste du matériel qui sera débarqué et mis en quarantaine en Australie.

L'Umitaka Maru poursuit sa route poussée par ses puissantes machines. Ce navire est équipé d'un moteur diesel principal. En cas de nécessité, il peut également utiliser un moteur électrique alimenté par trois groupes électrogènes.

Salle machine de l’Umitaka Maru.


Groupe électrogène de l’Umitaka Maru.


Salle de contrôle machine de l’Umitaka Maru.


Les navires tel que l’Umitaka Maru sont prévus pour être autonomes pendant de long mois. De nombreux congélateurs et frigidaires assurent le ravitaillement pendant toute la durée du voyage. L'eau douce est obtenue par désalinisation de l'eau de mer. Le navire est équipé d’un four haute température dans lequel les déchets sont incinérés.

Visite de la salle de sport de l’Umitaka Maru.


Lors de notre première visite du navire, nous avions prévu d’utiliser quotidiennement la salle de sport, finalement nous l'aurons très peu côtoyée. Elle est équipée de deux vélos d'intérieur, d'un tapis de course et de quelques engins de musculation. Nous attendrons les rues escarpées d'Hobart pour nous défouler. Pour le moment, monter et descendre les escaliers représente le plus gros exercice physique quotidien !

Commentaire

 

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Les commentaires pour ce billet sont fermés.